Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 juin 2014 2 03 /06 /juin /2014 10:03
Quelques remarques :
Notre région, l'Île-de-France, ne fusionne avec aucune autre région et reste donc dans les mêmes limites géographiques qu'aujourd'hui.
 
C'est un découpage qui a été fait dans l'urgence, avec finalement peu de discussions avec les élus locaux quelques soit leur couleur politique. Drôle de façon de faire de la décentralisation !
 
Je ne vois personnellement pas pourquoi un telle fusion permettra de faire des économies ? Les Régions auront les mêmes compétences... Le problème du coût et des dépenses des territoires n'est pas dû à leur taille ou à leurs frontières, mais à qui fait quoi et à l'attribution des compétences.
 
La situation est extrêmement flou pour les départements. Les élections départementales auront bien lieu en même temps que les élections régionales mais la suppression "partielle" des départements serait maintenue en 2021...Enfin le problème des 36 500 communes n'est pas traité...
 
Quand aux intercommunalités elles devront passées à 20 000 habitants minimum. Mais les intercommunalités ont-elle vraiment fait faire des économies ? On peut en douter. 
 
Les élections seraient repoussées de mars 2015 à juin 2015.
 
Alexandre Pueyo
Responsable UMP de Cergy
La nouvelle carte des régions (selon l'Elysée !)

Partager cet article

Repost0
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 13:48
Commémoration du Cessez-le-feu de la guerre d'Algérie

Partager cet article

Repost0
3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 22:04

Partager cet article

Repost0
6 février 2014 4 06 /02 /février /2014 17:19

Depuis le 1er janvier 2014, les Valdoisiens et les Franciliens ont vu le prix de leurs titres de transports augmenter. Cette nouvelle hausse, la 6e depuis 2010, porte l'augmentation des tarifs pour les PassNavigo annuels et mensuels à +14,5% en 4 ans. Pour les Valdoisiens (zones 4 et 5), cela représente un surcoût moyen de 109,2€ sur leur PassNavigo annuel…

 

Ces augmentations répétées sont le fruit de la politique menée au Syndicat des Transports d'Ile-de-France (STIF) et au Conseil régional par Jean-Paul Huchon et sa majorité écolo-socialiste élue en mars 2010. En 2014, elle se conjugue avec la hausse de la TVA dans les transports en commun (qui passe de 7 à 10%), appliquée  par François Hollande et en vigueur depuis le 1er janvier. Et d'après les perspectives budgétaires de la Région, une hausse de 3% par an est prévue jusqu'en 2025, date à laquelle l'abonnement mensuel pour les zones 1-5 coûtera 161€ contre 109,9 en 2010…

 

Cette hausse incontrôlée et inacceptable des tarifs ne correspond pourtant pas à l'amélioration de la qualité de service dans les transports franciliens. Les Valdoisiens constatent quotidiennement, sur les lignes A, B, C et D du RER, et sur les lignes H, J et L du Transilien, la dégradation catastrophique de la régularité et de la fiabilité des réseaux. Les investissements en direction du matériel roulant, des infrastructures, et des systèmes de communication et d'information aux voyageurs ne sont toujours pas au rendez-vous, malgré les promesses électorales de Jean-Paul Huchon en 2010. Cet immobilisme coupable pénalise gravement les perspectives de développement de la Région capitale à court et moyen terme.

 

Elément clé de l'attractivité du territoire et atout déterminant pour le développement économique, l'accès à des réseaux de transports efficients est également central dans l'amélioration quotidienne de la qualité de vie. Notre majorité, consciente de ces enjeux, assume l'ensemble des compétences du Conseil général en matière de transports pour offrir aux Valdoisiens des services adaptés aux réalités du territoire : fluidité du trafic et amélioration du réseau ferré en zones urbaines, entretien et amélioration des infrastructures routières et de la desserte en bus pour les zones rurales.

 

Depuis 2011, malgré les difficultés financières, le Conseil général du Val d'Oise est redevenu un acteur majeur dans les politiques de transports, comme en témoignent les mises en service des lignes de tramway T2 à Bezons et T5 à Garges-Sarcelles, cofinancés à hauteur de 30 millions d'euros.

 

Nous avons également mis en place le dispositif ARCC (Aides aux Routes Communales et Communautaires) afin d’aider les communes et les intercommunalités à entretenir leurs routes. Ce dispositif vise notamment les communes rurales, dont les capacités financières  sont souvent insuffisante au regard de l’importance de leur réseau routier. Ce sont ainsi plus de 9,3 millions d’euros de subventions départementales dont les communes valdoisiennes ont pu bénéficier en 2013 pour entretenir leurs routes et réaliser des aménagements de sécurité, en particulier aux abords des écoles.

 

En 2014, nous poursuivrons nos efforts en faveur des transports valdoisiens, avec notamment le Bus à Haut Niveau de Service (BHNS), qui reliera le RER D à Villiers-le-Bel-Gonesse-Arnouville au RER B au Parc des Expositions de Villepinte, l'ouverture de la déviation d'Arthies, la mise à 2 fois 2 voies de la RD902 à Roissy, la poursuite des travaux de la partie Est de l'Avenue du Parisis, et de nombreux autres chantiers stratégiques.

 


Les Conseillers Généraux du groupe "Union pour le Val d’Oise" (UVO)

Partager cet article

Repost0
10 novembre 2013 7 10 /11 /novembre /2013 19:50

Mardi 12 novembre 2013 à 20h00.

Entrée libre et gratuite.

Grand Amphithéâtre de l'ESSEC

 

" N’y a-t-il pas attribut plus important pour l’homme politique que sa voix ? Au sein d’une discipline distendue entre forme et fond dans un rapport inégalitaire tel que fond sans forme ne gagne jamais, tandis que forme sans fond garde toutes ses chances, elle semble à elle seule capable de récolter des voix.

Or, ce qui frappe d’abord et avant tout chez François Baroin, c’est justement sa voix, grave et posée. Atout qui en fait un interlocuteur privilégié pour une assistance jeune et avide d’avis sur les problèmes les plus complexes que connaît la France. 
Ancien ministre du Budget et de l’Économie et des Finances de Nicolas Sarkozy, il pourra, au cours de ce débat, faire part de ses prospectives sur l’avenir de l’économie française, sur ses atouts à renforcer et ses faiblesses à enrayer.
Actuel maire de Troyes, il sera en mesure de nous apporter sa vision des élections municipales à venir et de leur enjeu pour le parti majeur de l’opposition, et pour la France.
Soutien de François Fillon pour la présidence de l’UMP, alors qu’on le réputait proche des « mousquetaires de l’UMP » et notamment de Jean-François Copé, sa voix de velours pourra, enfin, mettre la lumière sur sa vision de l’avenir de la droite en ces temps troublés de crise structurelle.

Journaliste politique à Europe 1 pendant cinq ans, avocat, député de la 3e circonscription de l’Aube, porte-parole de Jacques Chirac, Alain Juppé et François Fillon au cours de sa carrière avant d’obtenir les portefeuilles ministériels que l’on sait, François Baroin semble avoir su exploiter le potentiel exceptionnel de sa voix, naturellement prise au sérieux, tout au long de sa carrière. Est-ce donc un hasard si, en ces temps où les Français n’ont jamais été aussi dégoûtés du spectre politique, M. Baroin fait partie du trio de tête des personnalités politiques françaises les plus populaires. Cependant, le limiter à cette prédisposition naturelle serait une injure. Sa riche expérience au gouvernement, son sang-froid et son calme affichés et transmis, mais aussi une réserve rare vis-à-vis du pouvoir et du prestige personnel malgré son jeune âge politique pourraient faire de lui l’un des prophètes attendus, espérés plutôt, d’une droite « sérieuse », qui serait préoccupée en premier lieu de l’avenir de la France. 

Nous espérons donc qu’au cours de ce débat, François Baroin nous démontrera ce fait : qu’un beau parleur peut tout aussi bien dispenser, sous couvert de belles paroles, matière à réflexion et des idées de fond à ses auditeurs.

Comme à chaque fois, vous pouvez nous envoyer vos questions pour la préparation du débat et les poser aux invités à l'adresse suivante : lesmardis.essec@gmail.com"

Partager cet article

Repost0
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 10:48

"Le projet de redécoupage électoral passe mal

Un mois avant de devoir émettre son avis lors de leur assemblée plénière du 18 octobre, la majorité de droite du conseil général (qui compte 21 élus sur 39) tire déjà à boulets rouges sur le projet de redécoupage des cantons, orchestré par le gouvernement..."

 

nouveaux-cantons-95-copie-1.jpg

article du Parisien.fr

 

Découpage des deux cantons de Cergy :

 

Canton de Cergy-1 :
Osny, Puiseux-Pontoise, la partie de la commune de Cergy située au nord d’une ligne définie par l’axe des voies suivantes : depuis la limite territoriale de la commune de Vauréal, plate-forme de l’ancienne voie ferrée de Pontoise à Poissy, chemin de la fourmi, avenue du Nord, allée des Acacias, allée de Bellevue, rue du Tertre, avenue du Nord, boulevard de la Viosne, jusqu’à la limite territoriale de la commune de Pontoise

Canton de Cergy-2 :
Boisemont, Eragny, Jouy-le-Moutier, Neuville-sur-Oise, la partie de la commune de Cergy non incluse dans le canton de Cergy-1

Partager cet article

Repost0
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 15:16

La ministre de la culture a donc décidé "unilatéralement" de transférer les réserves du Louvre à Lens alors qu'un long processus les avait pourtant attribuées à Cergy Pontoise.

 

C'est une très mauvaise nouvelle et en réalité cette décision est une triple claque :

Une claque pour Cergy-Pontoise :
Notre agglomération s'était battue pour obtenir ces réserves. Tous les élus, quelque soit leur couleur politique, avaient soutenu et porté ce projet. Il représentait beaucoup pour notre territoire : structurant, apportant de nombreux emplois, certains imaginaient déjà les formations adéquates données par l'université... Tout cela est effacé sur une simple décision ... La désillusion est à la hauteur des espoirs : forte.

Une claque pour les banlieues et l'aménagement du territoire :
Que dire d'une décision qui privilégie Lens contre une ville de banlieue parisienne ? Lens bénéficie déjà d'un musée du Louvre depuis 2012 comme Metz avec le centre Pompidou. Lens aura donc tous les bénéfices... Bel exemple d'aménagement du territoire équilibré et de politique de la ville.
La banlieue est une priorité pour la gauche surtout dans les discours !

Une claque pour le député socialiste de la 10ème circonscription :
Élu en 2012 à la faveur de la vague rose suivant l'élection de François Hollande, Dominique Lefebvre (Président de l'Agglomération) n'avait cessé de faire valoir sa grande proximité avec de nombreux ministres et son influence au sein du PS.... On en voit aujourd'hui les résultats !!!

Nous n'avons plus qu'à attendre les nouveaux projets de la gauche pour Cergy-Pontoise. Mais je doute qu'il y en ait...

 

Alexandre Pueyo

Responsable UMP de Cergy

Délégué de la 2ème circonscription du Val d'Oise

 

Lire aussi l'article sur VONEWS en cliquant ICI

 

Partager cet article

Repost0
12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 11:17

Le verdict du redécoupage cantonal vient de tomber. Comme il fallait s’y attendre, le Val d’Oise a été totalement « revisité », officiellement pour des raisons démographiques. Entre les lignes, il ne faut pas être grand clerc pour voir l’opération politique destinée à permettre à la gauche de gagner avec les ciseaux ce qu’elle a perdu par les urnes dans notre département.

 

Derrière les principes démographiques, ce redécoupage conduit à une recomposition artificielle du département, déconnecté de toute dimension de bassin de vie et d’identité territoriale.

 

A titre d’exemple, l’éclatement du Vexin avec le rattachement des cantons de Magny-en-Vexin et Vigny à celui de Vauréal, combiné à l’explosion des cantons de Marines, rattaché à Pontoise et celui du Sausseron rattaché à Saint-Ouen-l’Aumône, est un rude coup porté à l’existence même du Parc Naturel Régional du Vexin Français.

 

De même, le rattachement de Persan au canton de L’Isle-Adam, d'une partie d'Argenteuil à Saint-Gratien, de Viarmes à Fosses, d’Auvers-sur-Oise à Saint-Ouen-l'Aumone, du Plessis-Bouchard à Domont, entre autres, montre bien que l'on est dans un exercice de pur charcutage politique.

 

Le Conseil général qui est saisi pour avis ne pourra que dénoncer cette manipulation, d'autant que ce premier redécoupage préfigure à l'évidence celui à venir des circonscriptions législatives, avec pour seul but de favoriser le déséquilibre démocratique de notre département.

 

Le combat ne fait que commencer. D'abord en exerçant tous les recours juridiques et constitutionnels existants puis en allant conquérir une à une les communes du Val-d'Oise lors des prochaines élections municipales de mars 2014, apportant ainsi une réponse par les urnes à une combine politicienne.

 

 

Axel Poniatowski

Député du Val d'Oise

Président de l'UMP 95

Partager cet article

Repost0
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 15:05

Cergy Village - à partir de 8h30

 

8h30
Office religieux en l’église Saint-Christophe de Cergy Village.

 

9h30
Mairie du village, place de la Libération
- Réunion des participants
- Mise en place du cortège

Place de la République
- Dépôts de gerbes au Monument aux Morts
- Minute de silence

Cimetière
- Allocution du Président de l’Amicale des Anciens Combattants et Victimes de guerre
- Lecture par le Maire de Cergy du message du Secrétaire d’Etat aux anciens combattants et victimes de guerre
- Dépôts de gerbes au Monument aux Morts
- Appel des Morts
- Minute de silence

 

10h30 - Ecole du Village
Vin d’honneur

 

Partager cet article

Repost0
30 mars 2013 6 30 /03 /mars /2013 12:12

A Cergy, la réforme sur les rythmes scolaires sera appliquée dès 2013 mais uniquement dans trois des vingt et un groupes scolaires de la ville. Un galop d’essai qui permettra de généraliser l’application en 2014. Devant la difficulté à appliquer au mieux cette réforme si l’on en juge par les réunions de concertation, la ville a choisi ce statut particulier.

  « Cergy adhère pleinement aux ambitions de la refondation de l’école, mais nous voulons y mettre du contenu. Nous avons besoin de plus de temps », explique Jean-Paul Jeandon, le maire PS.

A la rentrée 2013, la demi-journée sera donc testée le samedi et le mercredi matin de manière différente dans les écoles expérimentales qui, pour l’heure, n’ont pas encore été choisies. Les temps d’accueil périscolaires seront répartis sur deux jours durant une heure trente. Et les activités proposées aux enfants feront, elles aussi, l’objet de l’étude : aide personnalisée ou activités ludo-éducatives? Une chose est sûre : « Nous proposerons la gratuité de toutes ses activités », promet le maire.

A noter également qu’une différentiation sera proposée entre maternelle et élémentaire. « La concertation se poursuit durant tout ce temps, nous allons évaluer au fur et à mesure ces différents scénarios avant de décider », poursuit Jean-Paul Jeandon. Le prochain conseil municipal présentera le dispositif aux élus avant qu’une réunion de présentation s’organise courant mai pour expliquer la marche à suivre aux familles des 7300 élèves qui fréquentent les écoles de Cergy.

 

 Laurence Allezy | Publié le 29.03.2013

Lire l'article sur le suite du Parisien en cliquant ICI

 

Partager cet article

Repost0

Nous contacter

Nous écrire : lesrepublicains.cergy@gmail.com

sur Facebook : Groupe "Les Républicains Cergy"

Recherche