Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 novembre 2014 3 05 /11 /novembre /2014 09:32
Le rapport de la Chambre Régionale des Comptes (CRC) sur la gestion du Conseil général du Val d’Oise depuis 2008 distingue la gestion sous trois Présidents différents :
- François Scellier (UVO) pour le début de l’exercice 2008,
- Didier Arnal (PS) pour les exercices 2008, 2009, 2010, et le début 2011,
- Arnaud Bazin depuis 2011 (UVO majorité UMP-UDI-divers droites)

Les magistrats ont dressé un constat sans appel, que ce soit sur la gestion socialiste entre 2008 et 2011 ou sur les efforts de redressement sans précédents initiés par notre majorité.
Les magistrats de la CRC concluent à une succession de mauvais choix de gestion et d’une absence criante de sens des réalités et des responsabilités sous la mandature socialiste de Didier Arnal. A l’inverse, les conclusions du rapport soulignent les efforts de maîtrise de la dette départementale, de la sincérité budgétaire et du pragmatisme à l’œuvre depuis mars 2011.

Voici les principaux points des conclusions du rapport de la CRC :
- Croissance de la dette et du niveau d'emprunt : la dette "atteint un niveau préoccupant", et "les recettes d'investissement sont constituées pour l'essentiel d'emprunts : 110 M€ en 2007 et 2008, 170 M€ en 2009, 159,5 M€ en 2010, réduits ensuite à 120 M€ en 2012, et 73,5 M€ en 2013".
- "Depuis 2011, le département a engagé un effort de rétablissement de sa situation financière, en vue notamment de limiter le recours à l’emprunt. Ces mesures ont permis de stabiliser la dette en 2012". "La maîtrise de la dette constitue désormais une priorité".
- Sur les impasses budgétaires (restes à payer) de 2010 chiffrées à 10 M€ et régularisées sur l’exercice 2011, la chambre retient : "que ces restes à payer s’analysent comme un report de 10 M€ de charges de l’exercice 2010 sur l’exercice suivant. Il s’est agi d’une entorse aux règles de sincérité budgétaire".
- Sur la reprise exceptionnelle en 2010 de l’excédent d’investissement en section de fonctionnement, la chambre conclut que "pour légale qu’elle soit, cette opération était un indice révélateur des difficultés de la collectivité à équilibrer sa section de fonctionnement".
- Sur la mise en œuvre du plan d’économies et les décisions ayant conduit à assainir la situation financière du département, la chambre note que "depuis 2011, le département a engagé un effort de rétablissement de sa situation financière, en vue notamment de limiter le recours à l’emprunt. […] Le plafonnement des investissements autour de 130 M€, la maîtrise des dépenses et une augmentation des recettes de taxe foncière, […] ces mesures ont permis de stabiliser la dette en 2012". "En définitive, le total des mesures d’économies devrait s’élever à 55 M€ pour la période 2011-2015, dont 37 millions entre 2011 et 2013".
- Sur les outils et modalités de gouvernance sur l’investissement, la Chambre souligne "un renforcement depuis 2011 de la gouvernance de la gestion pluriannuelle des investissements […] afin de veiller attentivement à la soutenabilité des projets au regard de la capacité financière".

Pour une complète transparence, est publié, dans son intégralité, le rapport d’observations définitives de la CRC, peut être consulté sur le site valdoise.fr

Partager cet article

Repost0
10 septembre 2014 3 10 /09 /septembre /2014 06:48
Depuis juillet nous avons plusieurs fois, avec Axel Poniatowski, alerté la SNCF et le STIF sur la situation particulière des commerçants et artisans du quartier de Cergy-Préfecture après la fermeture de la gare pendant 7 semaines au cours de l'été.
Beaucoup nous ont témoigné leurs difficultés, avec une baisse conséquente de leur chiffre d'affaires et du nombre de clients.
 
Après l'accueil positif de la CCI et alors qu'aujourd'hui le trafic a repris normalement, nous ne voulons pas que le dossier soit "enterré", surtout du fait que la gare refermera l'année prochaine. Nous souhaitons suivre ce dossier jusqu'à sa conclusion.
 
Nous avons donc décidé de distribuer le questionnaire ci-après, le but étant d'avoir une vue d'ensemble de la situation pour continuer à agir.
 
Fermeture de la Gare de Cergy-Préfecture : un questionnaire pour connaitre la situation des commerçants du quartier

Le Parisien Val d'Oise a repris notre action dans son numéro d'hier. Voir l'article en cliquant ici.

 
Alexandre Pueyo
Responsable UMP de Cergy
Le Parisien Val d'Oise a repris notre action dans son numéro d'hier. Voir l'article en cliquant ici.
 
Alexandre Pueyo
Responsable UMP de Cergy

Partager cet article

Repost0
5 septembre 2014 5 05 /09 /septembre /2014 13:52
On savait qu'après le basculement de Jouy et d'Eragny les rapports de force à l'Agglomération de Cergy-Pontoise seraient serrés. Mais dans ce cas précis la décision du Conseil Constitutionnel risque d'avoir d'importantes conséquences. En interdisant les accords de réprésentativité au sein des conseils communautaires, les villes de Menucourt, Maurecourt et Vauréal vont perdre un représentant... tous de gauche. (plus de précisions dans l'article de Vonews.fr)
Quelques remarques à ce sujet :
  1. Il est regrettable que cette décision ait été prise si tard alors que les textes sur les intercommunalités ont plus de 3 ans. En matière électorale il devient de plus en plus aberrant que les décisions juridiques se prennent toujours après les élections. Même si, sur le fond le Conseil a raison, les collectivités devant arrêter de "s'arranger" entre-elles pour avoir plus d'élus et faire plaisir à certains en leur offrant des postes.
  2. Les 3 délégués qui vont devoir partir ont bien été élus pour 6 ans ! Ils ont même été fléchés sur les bulletins de vote. Cette situation est pour le moins gênante du point de vue démocratique.
  3. Après le départ ou le remplacement de 4 conseillers, la légitimité de l'actuel Président mais aussi de tout l'exécutif est naturellement remis en cause. Je fais quand même confiance à Dominique Lefebvre pour s'accrocher à son poste, avec les meilleurs ou les pires arguments !
  4. Sachant que pratiquement toutes les intercommunalités ont passé ce genre d'accords pour modifier la représentation des villes au sein de leur conseil, la décision du Conseil Constitutionnel sera une source d'instabilité incroyable dans les prochains mois, et ça ce n'est pas une bonne nouvelle...
 
 
 
​Alexandre Pueyo
Responsable UMP de Cergy
 
 
Voici l'article du site d'information Vonews.fr à ce sujet :
 
"L’agglomération de Cergy-Pontoise sera composée de 59 conseillers communautaires à partir du 28 septembre prochain, contre 62 élus actuellement. Ce changement fait suite à une décision du Conseil constitutionnel du 20 juin 2014. Maurecourt, Menucourt et Vauréal perdent chacun un siège.
 
Coup de théâtre à l’agglomération de Cergy-Pontoise. L’assemblée intercommunale va perdre trois sièges de conseillers communautaires à partir du 28 septembre prochain, passant de 62 à 59 élus. Les villes de Maurecourt, Menucourt et Vauréal perdent chacun un siège. Une nouvelle confirmée par un arrêté préfectoral pris par le préfet du Val d’Oise le 8 août dernier.
Ce changement fait suite à une décision du Conseil constitutionnel, datant du 20 juin dernier. La commune de Salbris, dans le Loir-et-Cher, a contesté une disposition du code général des collectivités territoriales, qui permettait des accords locaux entre les communes d’une intercommunalité concernant l'attribution du nombre de sièges. Jugée non conforme à la constitution, cette disposition est désormais caduque.
 
L’élection de Neuville-sur-Oise précipite le changement
 
Si cette disposition a été utilisée par « l’ensemble des intercommunalités du département, hormis celle d’Argenteuil-Bezons » selon le préfet du Val d’Oise, la modification des conseils communautaires ne devait pas intervenir avant les prochaines élections municipales en 2020, à une exception près : la modification du conseil municipal d’une des municipalités membre d’une intercommunalité. Et il s’avère qu’au sein de l’agglomération de Cergy-Pontoise, des élections municipales partielles auront lieu le 28 septembre prochain à Neuville-sur-Oise…"
 
Lire la suite de l'article en cliquant ICI

Partager cet article

Repost0
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 11:11
En ce jour de rentrée scolaire, c'est l'occasion de regarder l'action de la région Ile-de-France pour les lycées et les lycéens ; la gestion des lycées étant une compétence de la région.
Concernant les constructions ou rénovations des lycées franciliens, 2 opérations sur 3 sont actuellement en retard et sur les 109 projets annoncés qui sont en retard ou qui n'ont même pas commencés, deux lycées de Cergy-Pontoise sont concernés : Galilée à Cergy et Auguste Escoffier à Eragny.
2 lycées cergypontains (à Cergy et Eragny) parmi les 109 chantiers en retard de la Région Île-de-France
 
 
Dans les deux cas les travaux promis en 2006 ne respectent pas le calendrier prévisionnel de la région.
 
Dans les deux cas les travaux promis en 2006 ne respectent pas le calendrier prévisionnel de la région.
Dans les deux cas les travaux promis en 2006 ne respectent pas le calendrier prévisionnel de la région.
 
Plus d'information sur le site "Notre Ile-de-France 2020"

Partager cet article

Repost0
21 août 2014 4 21 /08 /août /2014 09:36
Reprise du communiqué de presse de la Préfecture du Val d'Oise :
 
Les électrices et électeurs de la commune de Neuville-sur-Oise sont convoqués le dimanche 28 septembre 2014 à l’effet d’élire les conseillers municipaux et communautaires de la commune.
 
S’il y a lieu de procéder à un second tour de scrutin, les électeurs sont, de droit, convoqués le dimanche 5 octobre 2014.

Partager cet article

Repost0
7 août 2014 4 07 /08 /août /2014 15:39

La situation budgétaire du département , toujours plus contrainte ! Gérard Seimbille était l’invité de VOtv. Le vice-président du conseil général du Val d’Oise chargé des finances est revenu sur les difficultés financières de l’institution. Et d’abord sur sa dette, qui atteint aujourd’hui 978 millions d’€. "Nous avons trouvé en 2011 une dette qui avait augmenté de 62% en 3 ans, ce qui obéré la capacité financière du département, a expliqué Gérard Seimbille. Plus de 13 millions de depenses n’étaient pas inscrites au compte administratif 2010. Il a fallu les intégrer au budget 2011. Tout ça au moment où les charges sociales progressent à vitesse grand V et les dotations de l’état diminuent. C’était la quadrature du cercle qu’il fallait régler."

Pour se faire, la majorité du président (divers droite) Arnaud Bazin, élu en 2011, a augmenté à deux reprises la taxe foncière. Un levier impossible à manœuvrer aujourd’hui. « Il est hors de question d’augmenter la fiscalité à ce jour pour les Valdoisiens a affirmé l’élu. Les français sont suffisamment taxés au niveau national pour ne pas apporter un effet complémentaire avec une nouvelle hausse de la fiscalité départementale.»

« Les charges sociales représentent 55% du budget»

En cette période de crise, le Département doit pourtant composer avec une hausse des charges sociales, et notamment le RSA, dont la collectivité s’occupe du versement. « Le RSA, c’est 256 millions d’euros sur le budget du département en 2014, sur un budget d’1 milliard 200 millions d’euros. Rien que l’évolution du RSA, c’est 24 millions d’une année sur l’autre. Cela représente ce que subventionne le département pour la culture le sport et la vie associative. Au total, les charges sociales représentent 55% du budget. »

Une autre mauvaise nouvelle ne facilite pas la tâche du Conseil général : la baisse des DMTO (droits de mutation à titre onéreux), une taxe sur les transactions financières. Les recettes de cette taxe évoluent suivant la vigueur du marché immobilier. « On a perdu 30 millions d’euros en 2 ans avec les DMTO. Cette année encore, nous sommes dans une phase de baisse. Nous n’avons aucun moyen d’agir sur cette ressource. »

Un plan d’économies de 55 millions d’euros

Le Conseil général du Val d’Oise a donc mis en œuvre un plan d’économies important, pour pallier la baisse de ses recettes et à l’augmentation des dépenses sociales. « La part sur laquelle on peut agir est de moins de 15% du budget, a expliqué Gérard Seimbille. Fin 2015, nous aurons pu économiser 55 millions d’€. On a adapté nos modes de fonctionnement, sur la logique de comptabilité en interne. On a fait porter ces économies sur ce qui ne pèse pas sur les services produits aux valdoisiens. Le département est en charge de l’aspect social, il faut conserver notre capacité en la matière. »

Mais ces économies pourraient vite être remises en cause par d’autres, formulées par l’Etat cette fois-ci :« Nous allons perdre 55 millions d’€ de dotations de l’Etat sur les prochaines années. soit ce que nous aurons économisé. Et ce sera impossible d’économiser 55 millions à nouveau. »

 

Lire l'article sur le site Vonews.fr

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2014 1 28 /07 /juillet /2014 08:57
Fermeture de la Gare de Cergy-Préfecture : Axel Poniatowski écrit au Président de la SCNF

Partager cet article

Repost0
24 juillet 2014 4 24 /07 /juillet /2014 10:52
Alors que la Gare de Cergy-Préfecture est fermée depuis le 15 juillet et que les autres gares de la branche Cergy n'ont plus que 3 trains par heures (soit moins que les horaires d'été classiques), la SNCF et le STIF viennent d'annoncer une "indemnisation" des usagers.
Indemnisation qui est loin d'être à la hauteur des désagréments subis... car ces désagréments n'ont pas commencés le 15 juillet dernier.
 
Nous rappelons que régulièrement le soir à partir de 22h00 et pendant de très nombreux week-end le temps de transport est rallongé de 20 à 45 min et cela tout au long de l'année. En effet, les Cergyssois sont contraints de prendre des bus de substitution au départ de Sartrouville ou de Poissy pour se rendre à Paris ou rentrer chez eux, la branche "Cergy" du RER A étant fermée pour travaux.
 
De plus, les propositions "alternatives" proposées pour la fermeture de la Gare par la SNCF sont insuffisantes et mal adaptées. Elles transfèrent les usagers sur des lignes elles-mêmes en horaires réduits ou les obligent à utiliser une voiture pour rejoindre ces gares (comme Conflans-Sainte-Honorine par exemple).
 
Tout cela alors que la ligne A du RER cumule à elle seule la majorité des retards et incidents du réseau ferré d'Ile-de-France !
 
Où sont les améliorations concrètes tant attendues alors que retards et incidents quotidiens s'ajoutent aux fermetures de ligne dues aux travaux le soir, les week-end et l'été ?
Encore aujourd'hui les trafic a été interrompu sur la ligne !
 
Après l'accident de Brétigny-sur-Orge, personne ne pourrait remettre en cause ces travaux qui sont plus que nécessaires. Mais ils doivent se faire dans le respect des usagers.
Et parfois les propositions d'indemnisation de la SNCF se montre en parfait décalage avec le vécu des Cergyssois qu'elle transporte.
 
La SNCF et le STIF doivent revoir leur copie et proposer une réduction conséquente de l'abonnement pour juillet et d'au moins -50% pour août.
 
 
 
Alexandre Pueyo
Responsable UMP de Cergy

Partager cet article

Repost0
7 juin 2014 6 07 /06 /juin /2014 11:00

Les usagers du RER A et de la ligne L (Cergy - Paris-Saint-Lazare) s'apprêtent à vivre deux étés très compliqués. Ceux qui n'auront pas déserté la ville-préfecture durant les grandes vacances vont être contraints de revoir leur plan de déplacement. En effet, du dimanche 13 juillet au soir au samedi 30 août au matin, la gare de Cergy-Préfecture, qui accueille plus de 20 000 voyageurs quotidiens, sera purement et simplement fermée au public.

"Cergy-Prefecture : la gare fermera cet été pour travaux" (Le Parisien)

Cinquante jours durant lesquels les voyageurs attachés à la gare du Grand-Centre vont devoir s'organiser pour monter à bord des trains et en descendre dans les gares voisines que sont Cergy-Saint-Christophe et Neuville-Université. Les trains garderont tout de même pour terminus la gare de Cergy-le-Haut. Car si les rames ne marqueront pas l'arrêt à Préfecture, elles continueront à circuler dans les deux sens. Un franchissement néanmoins plus délicat puisqu'il devra s'effectuer sur une seule voie au lieu des deux existantes. A noter que cette fermeture sera reconduite l'été suivant, en 2015.


Fermer une gare aussi fréquentée n'est pas une mince affaire mais semble nécessaire. C'est la première étape des gros travaux de rénovation du site souterrain qui est en service depuis 1979. « Les enduits coupe-feu des plafonds de la gare doivent être refaits, précise Guillaume Pennequin, de Réseau ferré de France (RFF) Ile-de-France, qui gère le chantier. Pour ce faire, nous avons besoin de confiner une première voie cet été et la seconde l'été suivant. »

Durant les sept semaines de fermeture de la gare, un service de bus de substitution va prendre le relais. Il devrait être suffisamment dimensionné pour remplacer les rames qui déversent les flots de voyageurs. Quant aux trains qui circulent sur les lignes C et J, à partir de la gare de Pontoise, ils seront plus nombreux.

Alertés de la tenue de cet énorme chantier il y a plusieurs mois par Réseau ferré de France, les représentants de l'agglomération de Cergy-Pontoise affirment avoir été surpris par son ampleur. « C'est une opération très lourde à porter même si elle a lieu durant l'été. Nous avons prévenu RFF que nous serions très vigilants sur ce qu'ils allaient mettre en place, précise-t-on au cabinet. Mais aussi que nous allions travailler de concert avec eux en les accompagnant dans leur plan de communication. »

L'inquiétude porte notamment sur le respect des délais du chantier. Passé le 15 août, la fréquentation de la gare devient plus importante. Les étudiants, très nombreux sur ce secteur, sont de retour fin août. « RFF a un plan de secours si jamais les travaux débordent », conclut-on à l'agglomération.

 

Lire l'article sur le site du Parisien

Partager cet article

Repost0
5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 09:51
On revotera à Neuville-sur-Oise

La Gazette du Val d'Oise

(4 juin 2014)

Partager cet article

Repost0

Nous contacter

Nous écrire : lesrepublicains.cergy@gmail.com

sur Facebook : Groupe "Les Républicains Cergy"

Recherche